Exclusif : « Le facteur de contrôle », par David Haisell (conférence du Congrès UFO 501)

« Le Facteur de Contrôle » par l’ufologue canadien David Haisell

Traduction française de Marie-Eve A. Allard pour le GARPAN.

Slide6

Commander le livre de David Haisell sur Amazon !

Le GARPAN est fier de présenter la traduction française de la conférence présentée par M. David Haisell au Congrès ufologique de Montréal « UFO 501 », animé par Richard Glenn d’Ésotérisme expérimental et Bob Bellanca, qui a eu lieu les 23-24 mai 2015.

Pour regarder le discours de M. Haisell dans son intégralité et avoir accès à tous les autres conférenciers de l’événement, visitez le site Orandia.

UFO501-19202

David Haisell est un pionnier de l’ufologie canadienne qui a commencé les enquêtes dans les années ’70. Il a publié pendant quelques années un Journal ufologique international. Il est également le fondateur de la désormais bien connue Survie ufologique canadienne (maintenant dirigée par Chris Rutkowski) qui recueille les statistiques ufologiques du Canada chaque année depuis 1989. En 2014, M. Haisell publiait son deuxième livre Le Facteur de Contrôle. Son œuvre en parle. Profitez-en!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA988928_778285948885514_1311719004203941779_n

 

« Le Facteur de Contrôle »

Présentation – Congrès UFO-501, 24 mai 2015.

« (…) En effet, le phénomène lui-même semble parfois faire le parallèle d’un chemin aux caractéristiques typiques de l’état actuel des capacités technologiques de l’époque dans laquelle il est observé. Le comportement étrange signalé des « navires de l’air » du début du XIXe siècle est un exemple. Le livre du Dr Vallée, Passeport pour Magonia, est un « must-read » pour tous les enquêteurs ufologues sérieux. Un autre chercheur et auteur, John Keel, a également enquêté sur des cas aux sous-entendus bizarres, qui le conduisent à spéculer que nous pouvons être les victimes d’une blague cosmique, cruelle et que les entités impliquées, il les appelle « ultraterrestres », peuvent se moquer à nos dépends.

En outre, dans son célèbre ouvrage Livre des Damnés, Charles Fort passa vingt-six ans de sa vie à collecter des rapports de, entre autres choses, pluies de grenouilles, de sang, les disparitions et les phénomènes de poltergeist en concluant seulement que les êtres humains sont tout simplement des biens appartenant à une plus grande intelligence.

Dans son livre, Le Collège Invisible, Vallée propose sur la page deux, que des observations d’OVNIs et d’autres événements connexes sont des manifestations d’un système de contrôle « qui peut servir à stabiliser la relation entre les besoins de conscience de l’homme et les complexités évoluées du monde qu’il doit comprendre« .

Ainsi, nos enquêtes aujourd’hui ne peuvent se permettre de se limiter à seulement ces cas signalés qui semblent correspondre à des « visiteurs d’autres planètes », parce que cela revient à tirer une conclusion avant d’envisager d’autres possibilités. L’élimination des cas de « haute étrangeté » parce qu’ils n’ont pas sens pour nous est équivalent à, en utilisant un idiome « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Par conséquent, nous sommes obligés en tant qu’enquêteurs, de spéculer uniquement sur la nature des OVNIs et les phénomènes connexes. Au risque d’être rappelé que la spéculation n’est pas un fait, nous n’avons néanmoins pas d’alternative. La spéculation, si elle est utilisée comme un processus itératif, peut éventuellement conduire à la révélation de la vérité, mais pour ce faire, elle ne doit pas être autorisée à contribuer à la formulation de biais par le spéculateur.

Dans d’innombrables enquêtes sur les OVNIS, les biais ont été développés à la malencontreuse exclusion de preuves qui auraient ignoré des hypothèses précédentes. On est toujours confronté à la décision de soit, rejeter des détails rapportés parce qu’ils ne sont pas d’accord avec ce qui est attendu d’un événement; peut-être en classant le témoin comme incompétent, erroné, ou pire; ou d’accepter les détails tels que rapportés et donc être forcé de modifier des concepts précédemment formulés de ce qu’on pourrait attendre d’événements futurs. Ce sont ces décisions souvent arbitraires prises consciemment ou inconsciemment par celui qui les perçoit, l’enquêteur, l’analyste, et le journaliste qui rendent compte de l’état actuel de l’étude de l’Ufologie, à savoir qu’elle est confuse. Et triste à dire, les expériences de la famille Armstrong s’ajoutent malheureusement à cette confusion.

THE MISSING SEVEN HOURS

Après la révélation des événements qui ont été vécus par Gerry Armstrong pendant son temps manquant en tant qu’enfant de douze ans pendant ses séances de régression, j’ai été confronté à une décision, comment faire pour la publication de cette nouvelle information. Plutôt que d’écrire un nouveau livre juste après la publication de Les Sept heures manquantes, j’ai décidé de commencer à publier une revue trimestrielle que j’ai nommée Journal OVNI. En parallèle de cela, j’ai également mis en place une organisation appelée U.P. Investigations Research Inc., où le U.P. est synonyme de Phénomènes non Identifiés. Un de ses principaux objectifs était de mettre au courant le public dans le domaine de la recherche OVNI.

Le premier numéro du Journal UFO comprenait un article intitulé Les Sept Heures manquantes révélées, qui contenait les transcriptions de deux séances d’hypnose régressive de Gerry Armstrong. La deuxième question comprenait un autre article, Les Sept Heures manquantes analysées, lequel présentait une discussion sur les transcriptions d’une vue de ce que nous savions à l’époque sur l’hypnose régressive et son utilisation en Ufologie, et compte tenu de ce qui était arrivé à la lumière de plusieurs autres cas similaires dans certains aspects à celui de Gerry Armstrong. Le journal a été un succès gratifiant, et a gagné une reconnaissance internationale, tant et si bien que j’ai été finalement invité à une présentation en Angleterre pour BUFORA (l’Association de recherche OVNI britannique) et au Groupe d’étude OVNI de la Chambre des Lords britannique en 1981. Le thème de cette présentation était Ufologie au Canada: Passé, Présent et Avenir.

Malheureusement, les considérations financières sont finalement intervenues et après deux ans, je fus forcé de cesser la publication du Journal OVNI. En outre, en raison d’autres responsabilités qui exigeaient une grande partie de mon temps disponible, je devais sévèrement limiter la mesure dans laquelle je pouvais me mêler dans la recherche active des OVNIs et autres phénomènes connexes. En conséquence, Recherches d’Enquêtes U.P. Inc. a également fermé ses portes.

Puis, quelques années plus tard, la société d’édition qui avait produit mon premier livre a également fermé et Les Sept Heures manquantes n’était plus disponible sur le marché, autre que dans les magasins de livres d’occasion ou d’autres sources via Amazon. Enfin, à la demande pressante de plusieurs collègues, j’étais convaincu de republier tout le contenu de mon premier livre sur le cas Armstrong, y compris les transcriptions de régression et leur analyse, ainsi que le texte des présentations que je donnais à Londres, Angleterre en 1981. Cela est devenu disponible sur Amazon depuis mai 2014, sous la forme d’un nouveau livre intitulé Une question de contrôle, qui est le nom d’un des chapitres de Les Sept Heures manquantes. Pour toute personne intéressée, il est encore disponible sur Amazon.com.

Au cours des années qui ont suivi, je maintenais un contact périodique avec la famille Armstrong et début 2011, étais attristé d’apprendre que Gerry était décédé fin 2010 d’une maladie grave. Mais j’ai aussi appris qu’il avait encore eu une autre « rencontre » le 7 Novembre 1986, qui a clarifié dans son esprit ce qu’il avait vécu en tant qu’enfant de douze ans, et expliqua, à sa satisfaction du moins, pourquoi il avait été contacté en premier lieu. Au cours de sa première rencontre, l’un des détails des séances d’hypnose régressive a révélé qu’il n’était pas le seul enfant. En fait, ils étaient plusieurs garçons et filles, présents dans ce qu’il avait décrit comme un dôme ou une chambre dans l’OVNI dans lequel il se trouvait. Or, de cette deuxième rencontre, on lui a finalement raconté pourquoi lui et les autres enfants avaient été choisis, à savoir, et je le cite:

« Rappelez-vous toujours que vous n’avez rien de spécial. Vous aurez tous la même tâche. Comment vous allez gérer cela dépends de chacun de vous. Il y a un dicton de leur planète qui dit que la plume est plus puissante que l’épée. Ce sera alors votre engagement. Vous deviendrez tous des écrivains de la vérité… Allez donc, mes anges, et essayez de votre mieux de rappeler à la race humaine la gloire et la joie de notre univers infini et éternel. Allez dans l’amour et la lumière« .

Et oui, Gerry commençait à écrire, et grâce à sa femme, j’acquis la totalité de ce qu’il a enregistré à propos de ce qu’il a affirmé avoir appris depuis sa première rencontre, renforcée par cette deuxième expérience. La citation précédente est issue de nombreuses pages que j’ai reçues. Une fois de plus, j’étais confronté à une décision, à savoir quoi faire avec ce nouveau contenu. La réponse est devenue bientôt  évidente, et les graines pour mon troisième livre ont été semées. Intitulé Le Facteur de Contrôle, c’est un travail en cours dont j’estime qu’il prendra au moins un an de plus pour être terminé. Il contiendra le texte complet de ce que Gerry a écrit suite à sa deuxième rencontre et, entre autres choses, tentera de donner un sens à tout cela.

Cependant, l’un des défis auquel que je fais face à la rédaction de ce nouveau livre est d’essayer d’interpréter les expériences de Gerry dans le cadre de ce que les autres « expérienceurs » ont déclaré avoir été victime. L’un de ces cas implique une femme du Middle West des États-Unis appelée dans la littérature comme « Mme Keech ». Il a été bien documenté dans le livre de Léon Festinger, Quand la prophétie échoue, et renvoyé par le Dr Jacques Vallée dans son livre Dimensions (Ballantine Books, 1988, pages 218-223).

autre-dimensionDimensions

Des similitudes entre les expériences de Mme Keech et Gerry comprennent l’écriture volumineuse qu’elle se sentait obligée d’entreprendre afin de transmettre les divers messages qu’elle recevait d’une source qu’elle identifiait comme « Frère aîné ». Contrairement à Gerry cependant, elle a commencé à raconter aux gens au sujet de la connaissance qu’elle accumulait, et avec comme résultat une petite secte a commencé à se former dans sa communauté. Ironiquement, l’un des leaders de cette secte était un « Dr. Armstrong ».

Malheureusement, Mme Keech et beaucoup de ses disciples, contrairement à la famille Armstrong, ont donné leur vie matérielle dans la croyance qu’ils avaient une mission divine à accomplir. Ils ont commencé à prêcher, recueillir des disciples, et finalement prédit qu’un événement incroyable se produirait, que beaucoup perdront la plupart de leurs possessions terrestres et qu’ils seront abandonnés dans leurs vies en guenilles et se sont retrouvés sans rien quand l’évènement ne s’est pas produit. Mme Keech a aussi reçu la visite de divers individus étranges, l’un d’eux a exigé qu’elle arrête la diffusion de l’information qu’elle prétendait être bénéficiaire car « le moment n’était pas venu ». Malheureusement, il semble qu’elle et ses partisans auraient été juste un autre exemple de ce que John Keel suggérait comme étant des victimes d’une blague cosmique cruelle.

UFOSOperationTrojanHorsemothman_book

Alors, où en sommes-nous avec ce qu’a écrit Gerry Armstrong? Sans aller dans les détails ici, la durée de l’exposé ne le permettant pas, je peux résumer qu’il ressentait que ce qu’il était chargé d’écrire était vraiment destiné pour le bénéfice de l’humanité afin de souligner à l’espèce humaine, et je cite, « la raison pour laquelle les humains ont perdu le contact avec leurs âmes individuelles, et pourquoi ils ne peuvent pas nous comprendre, au stade de leur développement » Le « nous » auquel il se réfère est ici apparemment ceux avec qui il avait des contacts au cours de ses rencontres. Gerry a soigneusement assemblé toutes ses pensées sous la forme de ce qu’il appelait une Lettre universelle, laquelle visait à éveiller l’humanité et de souligner ce qu’elle a fait de mal au cours des quelques milliers d’années passées. Elle se compose de quatre parties et d’une conclusion, et a été écrite adressée, et je cite de nouveau, « aux frères et sœurs bien aimés de la planète Clarion pour vous dire toutes mes expériences dans la réalité de la planète connue ici comme la Terre« .

Tel quel, ceci est déroutant pour au moins deux raisons. Il était censé écrire à l’humanité, alors pourquoi s’adresser aux « frères et sœurs de la planète Clarion« ? Et deuxièmement, et même de façon plus significative, la simple référence à une planète nommée Clarion soulève d’autres doutes.

En essayant de donner un sens à ce qui lui était révélé au cours de son expérience de contact final le 7 novembre 1986, et apparemment; qu’il était également dit pendant sa période de sept heures manquante, âgé de douze ans, mais on lui a aussi dit qu’il allait l’oublier jusqu’à ce que le moment soit venu; nous avons d’abord pris en considération certains faits astronomiques connus pertinents dans ce cas. Avant de le faire, cependant, je dois vous rapporter un autre aspect de la deuxième rencontre de Gerry lequel s’étendait sur ce qu’on a raconté à lui et aux autres enfants lors de sa première rencontre, âgé de douze ans. Gerry écrivait que ce qu’il appelait un « être de lumière pure » racontait à lui et aux autres enfants, et je cite de nouveau, « l’âme à l’intérieur de votre forme humaine a résidé auparavant dans une entité de la planète Clarion, qui orbite autour d’une étoile dans l’amas d’étoiles connu ici comme les Pléiades. Vos âmes ont été envoyées à la planète Terre pour prendre forme humaine afin de permettre l’évolution continue de la création infinie« .

Cela semble impliquer que les âmes de Gerry et les autres enfants qui étaient avec lui ont été « transplantées », à défaut d’un meilleur mot, à vivre comme des humains sur la planète Terre pour une raison spécifique. Mettant de côté pour le moment ce qui pourrait être entendu par « l’évolution continue de la création infinie« , nous regardons avec plus de détail la soi-disant planète Clarion et le système stellaire des Pléiades. Tous deux ont joué des rôles récurrents dans la littérature du phénomène des contactés au cours des dernières décennies.

Par exemple, un italien contacté du nom de Maurizio dans son livre Oltre di Cielo (Beyond Heaven), décrit ses rencontres avec les présumés extraterrestres d’apparence humaine qui prétendaient provenir d’une planète, elle aussi appelée Clarion, dans la constellation d’Aquila. Plusieurs autres contactés font également référence à des conversations avec des êtres de planètes du même nom mais d’autres parties de la galaxie. On peut se demander pourquoi « Clarion » est un nom populaire et pourquoi il revient sans cesse dans une multitude de rencontres rapprochées « apparemment sans rapport ». À moins bien sûr qu’ils ne fassent tous partie de ce facteur de contrôle « ésotérique » appliqué à la race humaine. Ou, comme John Keel a spéculé, font l’objet d’une blague cosmique cruelle en cours sur l’humanité.

m45-pleiades

Les Pléiades ont une histoire encore plus vaste, datant des dieux de la mythologie grecque. Mais d’abord, nous allons jeter un œil à ce que les astronomes nous disent ce qu’ils ont appris sur les Pléiades. Parfois dénommées les Sept Sœurs, les Pléiades sont un amas d’étoiles situé dans la constellation du Taureau composé de jeunes étoiles chaudes d’âge moyen de type B. En raison de leur proximité par rapport à la Terre, à environ 400 années-lumière, certaines de ces étoiles des Pléiades sont bien visibles à l’œil nu, la plus brillante, appelée Alcyone, ayant une magnitude de 2,86. Les estimations des âges des étoiles de cette catégorie vont de 100 à 150 millions d’années.

Galilée fut le premier astronome à observer l’amas à travers un télescope, découvrant qu’il est composé de nombreuses étoiles trop faibles pour être vues à l’œil nu. On estime maintenant qu’il y a plus d’un millier étoiles de divers types compris dans l’amas. En plus des étoiles bleues déjà mentionnées, il y a aussi des étoiles binaires et quelles sont appelées naines brunes inclues dans le mélange. Mais aucune de ces étoiles, compte tenu de leurs types et âges, n’est apparemment propice à la formation de planètes. Les seules exceptions possibles identifiées à ce jour dans l’amas sont connues comme HD 23514 et BD +20 307, qui ont toutes deux une masse et luminosité un peu plus grandes que notre Soleil. Un nombre extraordinaire de particules de poussière chaude a été détecté autour de ces étoiles, dont certains astronomes spéculent qu’il pourrait indiquer la possibilité d’une formation planétaire en cours. D’autres postulent que les particules peuvent être des débris résultant de collisions violentes d’embryons planétaires qui peuvent éventuellement se figer en formant des planètes à part entière. Mais aucune autre indication de planètes évoluant autour des étoiles de cet amas a été détectée, certainement aucune qui indiquerait la possibilité de soutenir une vie intelligente.

Pourtant, comme est le cas avec Clarion, il y a beaucoup d’autres références dans la littérature ufologique sur les contactés avec des êtres de différentes planètes encerclant les étoiles dans les Pléiades venus sur Terre avec une variété de messages pour l’humanité. Un tel cas bien documenté concerne un contacté suisse du nom de Billy Meier, qui a publié de nombreux volumes décrivant ses innombrables séances avec des extraterrestres de différentes planètes de l’amas. Son premier contact était avec une humanoïde extraterrestre femme qui s’appelait elle-même Samjese. Une fois de plus, l’essentiel du contact global semble être centré autour de l’éveil de l’humanité à propos de ce qu’elle a fait de mal au cours des siècles derniers afin de les aider à atteindre un niveau plus élevé de conscience spirituelle.

Un autre point à noter concernant la deuxième rencontre de Gerry est la directive finale qui lui a été donnée et aux autres jeunes enfants, et encore, je cite ce qu’il écrivait, « Vos tâches ne seront pas faciles« , leur a-t-on dit. « Essayez de garder l’origine de la source de votre lumière intérieure pour vous quand elle vous sera révélée. Toutefois, cette décision incombe à tous et chacun de vous, car vous aurez libre volonté de mener à bien vos tâches en fonction de vos propres observations de leur développement planétaire… Essayez toujours de vous souvenir que vous n’êtes pas spéciaux. Vous aurez tous la même tâche. La façon dont vous appréhenderez la chose vous sera individuelle« .

On leur a aussi dit « qu’aucun contact ne sera fait avant le moment venu. Et qu’aucun nom ne sera mentionné, pas même une âme humaine« , bien qu’il n’était pas clair si « aucun contact » visait le contact entre les enfants et leur chef, ou entre les enfants eux-mêmes tandis qu’ils effectuent leurs « tâches terrestres ».

Par coïncidence, ou peut-être avec plus de précision c’était une synchronicité, peu après que mon premier livre fut publié, je reçus une lettre d’une lectrice inquiète afin de communiquer avec les Armstrong. C’était une femme trois ans plus jeune que Gerry et ce qu’elle a écrit pourrait laisser supposer qu’elle peut en effet avoir été un de ces autres enfants de la première rencontre. Si oui, elle pourrait bien avoir pensé que « le moment était venu » pour un contact entre eux, mais Gerry n’est pas entré contact pour des raisons connues de lui seul. Peut-être qu’il a senti que ce n’était pas le bon moment, et voulu préserver l’anonymat de la famille.

Néanmoins, dans l’intérêt de comparer leurs historiques, j’ai inclus ici quelques extraits de ce que la dame a écrit dans sa lettre à moi. Juste pour clarifier, l’auteure de la lettre avait lu seulement le livre original, Les Sept Heures manquantes, qui ne contenait pas les détails des séances de régression de Gerry, qui n’avaient pas encore été menées au moment de sa publication en 1978:

« Ce ne fut pas par hasard que je suis venue me procurer votre livre « Les Sept Heures manquantes ». Je suis maintenant volontaire pour votre aide à la compréhension des Armstrong anonymes.

Les faits que j’ai fournis à propos de ma vie servent de preuve de l’importance de les contacter et ma confiance en vous pour m’aider à les contacter.

J’ai volontairement laissé de côté beaucoup de choses sur ma vie parce que je ne cherche pas à vous impressionner, juste essayer de vous faire comprendre que je ne suis pas à la recherche d’une gloire et qu’il est important que je leur livre mon message que je reçu d’un alien. Je veux seulement relayer ces messages aux Armstrong, car cela peut les aider à remplir un grand nombre de lacunes et nous aider à continuer.

Je prie pour que tout aille bien et que vous pourrez m’aider à les contacter. J’ai gardé le silence pendant des années et le temps approche à grands pas quand je raconterai tout. Il est maintenant temps de le faire. Je sens que je peux bouger, ou changer de direction bientôt, mais je dois essayer de finir des choses d’abord ».

Cela sonne comme une personne qui a senti qu’elle avait une tâche importante à accomplir et pourtant il n’y avait aucune indication pourquoi elle sentait que le temps était bientôt arrivé de « tout raconter » ni ce qu’elle avait à dire, ni quelles choses elle devait terminer avant de « continuer sa vie ». Ce qui suit sont quelques-uns des points qu’elle souhaite faire passer:

  1. « Enfant, j’avais connaissance du vaisseau spatial, et un intérêt pour les autres planètes et les extraterrestres.
  2. Je sentais toujours que je devrais être capable de voler de mes propres ailes.
  3. Enfant, j’attendais un vaisseau spatial de retour sur Terre pour moi et me ramener à la maison.
  4. Je sentais que ma maison n’était pas sur cette Terre et que mes parents terriens n’étaient pas mes parents naturels.
  5. Je rêvais d’êtres extraterrestres, d’autres mondes et de voyage spatial et cela me rendait triste et solitaire, parfois parce que je ne me sentais pas à ma place.
  6. Un jour, quand j’étais âgée de douze ans (le même âge que Gerry quand il eut sa première « rencontre »), j’eus la visite d’une belle dame dans les bois. J’étais occupée à observer les oiseaux et me sentis obligée de regarder par-dessus mon épaule après avoir senti une présence près de moi. C’était dans une clairière, une belle lumière avec une dame debout à l’intérieur. Je suppose que j’étais entraînée par sa présence. C’était comme si j’étais hypnotisée parce que je ne me suis jamais souvenue vraiment des choses qu’elle m’a dite, sauf par bribes et pièces au fil des ans. Elle m’a dit beaucoup les choses; qui je suis vraiment, ce que je devais faire et que tout au long de ma vie, je serais guidée et enseignée. Je ne me souviens pas d’avoir parlé mais elle m’a parlé dans une certaine forme de télépathie mentale. Je gardais ce beau secret pour moi pendant de nombreuses années.

Je suis heureusement mariée, avec un fils et une fille, et je suis devenue bien connue dans notre communauté à cause de mon implication dans de nombreux domaines, des politiques au bénévolat. Même si dans  le monde extérieur, je ne parais pas être différente de quelqu’un d’autre, il a été nécessaire de garder beaucoup de choses cachées. Je n’ai plus peur. Mes seules pensées sont maintenant d’aider les autres qui ont tenu le silence pendant si longtemps pour se retrouver ».

Malheureusement, elle décéda un an avant Gerry sans jamais avoir eu l’opportunité de prendre contact avec les Armstrong.

Alors, où tout cela nous mène? Les expressions « le moment est venu » et « le temps n’est pas propice » se produisent à plusieurs reprises dans de nombreuses œuvres écrites des contactés. Tout ce que cela implique est difficile à évaluer. Dans sa Lettre Universelle, Gerry Armstrong avait beaucoup à dire au sujet de notre concept du temps.

Inclus dans ce qu’il disait, et je cite de nouveau, « lorsque le moment est venu, le groupe observation essaie d’apporter par des méthodes directes et indirectes d’éclairer les hommes sur le fait que leurs âmes ne sont pas attachées à un seul monde comme le papillon à une flamme. Tant de fois, ils ont essayé d’expliquer la création infinie aux hommes, pour expliquer qu’il n’y a pas de limites nulle part dans l’univers tridimensionnel qui empêche l’incarnation dans les mondes supérieurs. Aucune à part les limites de leurs propres pensées, ce qu’aucune autre âme ne peut changer. Mes amis sur Clarion, cette civilisation (terrienne) est peut-être arrivée à sa fin« .

Ceci sous-entend évidemment que Gerry pense qu’un événement catastrophique est sur le point d’arriver, mais un groupe (le « groupe d’observation », le facteur de contrôle?) décidera quand cela se produira. Une fois de plus, nous voyons ici un parallèle avec les proclamations d’autres groupes de contactés. Mais quelle est la véritable source de ces « pensées » lesquelles les contactés se sentent obligés de diffuser au reste de l’humanité? Nous reconnaissons maintenant que la plupart des points que Gerry fait dans sa Lettre Universelle un écho de ce qu’il a enregistré plusieurs années auparavant dans son écriture automatique, telle que relatée dans mon premier livre. Le débat se poursuit quant à la source de ces séances d’écriture automatique, vient-elle du subconscient de l’auteur ou des pensées d’une autre entité agissant à travers lui?

Nous sommes donc obligés de demander justement qui ou quoi contrôle tout? Est-ce l’écriture automatique est juste un autre exemple de la spéculation de John Keel que nous sommes les victimes des idées de quelque entité d’une blague cruelle? Tout ce qui est de la source de ce que j’appelle le facteur de contrôle « ésotérique »? Eh bien, la surprenante réponse à cette question peut en effet être: « Vous l’êtes ».

Considérez ceci. Vous avez le pouvoir de contrôler la façon dont vous pensez. Et la pensée semble être la seule forme garante de la réalité. Peut-être Sir James Jeans était-il sur la bonne voie quand il spéculait, il y a longtemps, que l’univers pourrait être une pensée gigantesque. La pensée de qui? Oserons-nous dire « Votre pensée »?

Jeans écrivait: « Le flux de la connaissance humaine se dirige vers une réalité non-mécanique. L’univers commence à ressembler davantage à une grande pensée plutôt qu’à une grande machine. L’esprit ne semble plus être un intrus accidentel dans le domaine de la matière. Nous commençons à soupçonner que nous devrions le reconnaître comme le créateur et gouverneur de ce royaume » (Sir James Jeans, Le mystérieux Univers, 1930).

Pour avoir accès à l’intégralité du discours de M. Haisell et regarder toutes les deux journées de conférences du Congrès International UFO 501 de Montréal, visitez le site Orandia.

51bTbFYrKdL._SY344_BO1,204,203,200_

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *